AGASHI sur les réseaux sociaux


Agashiburundi

@agashiburundi

+257 75 055 055


Radios partenaires

AGASHI ici

AGASHI 4.0 EPISODE 77

À Mugwiza, SOTO demande à sa sœur Muhorakeye si les conflits fonciers avec son beau-frère Rudodi sont terminés. Muhorakeye lui dit que la femme de Rudodi, Zephina sont en bon terme mais que son mari Rudodi et ses fils ne lui adressent même pas un simple bonjour s’ils se croisent en cours d chemin. Soto lui répond que RUDODI et ses garçons sont honteux d’avoir perdu dans le procès, qu’ils ne voient pas une voie de sortie. MUHORAKEYE demande à son frère SOTO de lui cherche quelqu’un qui sait comment creuser une toilette parce que l’ancienne est presque remplie.

À Burisho, chez Tigiri. Tigiri et Keza sont au lit, ils viennent de faire l’amour. Keza veut sortir pour préparer de la nourriture mais Tigiri la retient, il veut rester encore avec elle. Entre-temps, Zita qui était allée faire vacciner son bébé arrive. Elle trouve la porte de la chambre fermée. Son fils Dudu lui apprend que Keza et son père sont dans la chambre et que Keza n’a même pas préparé la nourriture. Zita ne comprend pas, elle veut défoncer la porte mais Tigiri ouvre. Il dit à sa femme que Keza était en train de faire la propreté. Zita ne veut rien entendre, elle demande à Keza, si elle veut lui prendre son mari. Keza et Tigiri nient tout. Zita fait remarquer à son mari qu’il a mis son pantalon à l’envers.

À Kagona, c’est au Resto Bar KU MUNYEMWE. Peggy est en train de dire à Kathia qu’elle a trop maigri et qu’elle doit voir comment se prendre pour grossir afin d’attirer les clients. Kathia dit que c’est parce qu’elle était malade la fois dernière. Peggy lui propose d’acheter les fesses artificielles pour traquer les hommes. Kathia dit qu’elle n’a pas d’argent pour les acheter et Peggy lui promet de lui donner un crédit qu’elle remboursera petit à petit sur son salaire.

PMC-Burundi · AGASHI 4.0 EPISODE 77


AGASHI 4.0 EPISODE 76

À Bukima, Raphaël partage son inquiétude à propos de ce que son collègue Butoyi lui a dit. Il dit à sa femme qu’il se peut que Gaëlla ait une liaison avec son chef Donatien. Maman Gaëlla lui partage aussi ce qu’elle sait sur leur fille. Elle se rappelle du téléphone. Raphaël tombe des nus. Cependant, il garde espoir et se promet de continuer l’enquête espérant qu’il se trompe !

À Kagona, c’est à la maison chez Guilaine et Kathia. Kathia est avec un homme dans la chambre. Ils se préparent pour faire des rapports sexuels. L’homme félicite Kathia d’avoir trouvé une bonne solution d’amener des hommes chez elle car là il ne peut pas y’avoir une fouille-perquisition comme à l’hôtel. Mais, l’homme s’inquiète de la façon dont Kathia a perdu le poids et Kathia de dire qu’elle était tombée malade dans les jours précédents. Soudain, Guilaine toque à la porte…

À Mugwiza, au parking. Kayange dit à Kwasa que ses parents l’ont chassée de la maison parce qu’elle est enceinte. Kwasa ne comprend rien. Kayange lui explique qu’elle ne connaît aucun autre garçon sauf lui. Kwasa essaie de la convaincre pour qu’elle retourne chez elle mais en vain.

PMC-Burundi · AGASHI 4.0 EPISODE 76


Témoignages

Agashi, toujours instructif et divertissant

Madame Bernadette Gakima est une habitante de la localité de Murenge en province de Makamba, au sud du Burundi. Fidèle auditrice d’Agashi, elle nous raconte combien les messages du feuilleton ont progressivement changé sa vie quotidienne et (...)

NIRERE Jeanne, enseignante à Ngozi

J’aime beaucoup le feuilleton et je l’écoute très attentivement. Je tire beaucoup de leçons morales dans ce feuilleton. Si je me réfère à Ruberika, la leçon que je tire d’elle, ce n’est pas qu’en faisant recours à la sorcellerie qu’on aura des garçons. (...)

Nyandwi Arstac, Bukeye Nyanza Lac, infirmier et policier

Infirmier et policier vivant à Nyanza-Lac témoigne : J’aime tellement Agashi ! Quand la diffusion commence, j’arrête tout pour l’écouter sans qu’aucun détail ne m’échappe. Ce qui est joué dans Agashi reflète la pure réalité. A voir les décors dans (...)

Sinzinkayo Valérie, Bweru-Ruyigi

Agashi m’aide à éduquer mes enfants. Je les incite toujours à écouter les épisodes et par après je les sensibilise à ne pas adopter des comportements du genre Kanyana qui se laisse aller dans le vagabondage sexuel. Cela m’encourage beaucoup car ils se (...)

Nibitanga Schadrack, Ruyigi, infirmier

« J’écoute et j’aime beaucoup le feuilleton AGASHI parce qu’il renferme beaucoup de conseils surtout moi en tant qu’infirmier, mais aussi en tant que jeune pour me préparer à l’avenir. J’ai commencé à écouter AGASHI en 2015 ». Dans ce feuilleton (...)

Virginie Mukarugamba, Mwaro

Cette femme habitant à Mwaro au centre du pays, a un groupe d’élèves qu’elle encadre depuis 2013, connu sous le nom de « IBIVUMBIKO VY’AMAHORO » (JEUNES APOTRES DE LA PAIX). Depuis le début du feuilleton AGASHI, elle s’en sert pour encadrer des élèves (...)

Arakaza Melissa, Mwaro, 2è Juridique post-fondamentale

Béatrice est un bon modèle pour nous les filles. Elle m’inspire sur quel comportement à adopter, comment éviter de tomber dans des pièges, et suivre les conseils de nos parents. Une petite fille comme Kanyana, une matérialiste, qui se laisse tromper (...)

Arakaza Audrey, Mwaro, 9è année Fondamentale

Me basant par exemple sur Ange, elle nous conseille nous les jeunes filles d’adopter un bon comportement surtout en ces jours où nous observons un effritement de l’éducation des enfants. Agashi nous aide nous les enfants à rester dans la bonne voie (...)

Ishimwe Aimé –Alvat, Mwaro

Des acteurs comme Claude me touchent énormément. « Claude un mauvais éducateur qui, au lieu d’éduquer les enfants comme son premier devoir, il les harcèle et détruit leur avenir. Leur avenir est anéanti et par conséquent le pays et la famille perdent. (...)

Dukunde Jésus-Belly de Mwaro, Lauréat ETB

J’aime beaucoup Agashi car il m’a beaucoup instruit. Plusieurs acteurs m’inspirent. C’est sont des acteurs comme Ange, qui conseille aux jeunes de changer, de ne pas consommer des drogues, de ne pas s’adonner aux mauvais comportements. Aussi, même si (...)




Dans cette rubrique

Claude Ndayikeza, Délégué Général, Lycée Saint Augustin de Rumonge
Marie-Thérèse Kabuhinja, 73 ans, colline Butare de la zone Musasa
Les leçons tirées des messages d’AGASHI
Témoignage de Jeanne d’Arc, animatrice communautaire

1 | 2



Retour à la page d'accueil