... www.agashi.org

NSHIGIKIRA NAGUKE 27.07.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 27.07.2022.MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE 27.07.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 27.07.2022.MP3 Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE DU 15.06.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 15.06.2022.MP3 MP3 Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE DU 15.06.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 15.06.2022.MP3 MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE 25.05.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 25.05.2022.MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE DU 13.04.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 13.04.2022.MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE 25.05.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 25.05.2022.MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE DU 13.04.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 13.04.2022.MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE-BETAIL 16.03.2022

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 16.03.2022.MP3Lire l'article...

NSHIGIKIRA NAGUKE - FA 15.12.2021

PMC-Burundi · NSHIGIKIRA NAGUKE DU 15.12.2021.MP3Lire l'article...

AGASHI sur les réseaux sociaux


Agashiburundi

@agashiburundi

+257 75 055 055


Radios partenaires

AGASHI ici

AGASHI 4.0 EPISODE 65

À Mugwiza, chez Gusino pendant la nuit. Gusino et Meliya font alerte. Gusino dit à sa femme Meliya d’amener une machette qu’il y a un voleur qui est en train de défoncer la clôture. Kayange crie très fort au secours, que c’est elle qui rentre. Gusino s’énerve parce qu’il allait commettre un meurtre en tuant sa propre fille. Meliya supplie son mari Gusino pour qu’il arrête de crier plus fort et de rentrer dans la maison pour que les voisins n’entendent pas ce qui se passe.

À Burisho, Zita a mis au monde, elle est encore à l’hôpital. Keza se prépare pour apporter de la nourriture à sa sœur qui a mis au monde. Tigiri l’appelle danns sa chambre et lui demande d’arranger d’abord le lit comme sa femme n’est pas là pour le faire. Keza obéit aux ordres de son beau-frère. Elle termine et veut partir mais Tigiri essaie de la retenir et commence à la draguer. Keza est scandalisée et refuse de céder aux avances de Tigiri. Celui-ci insiste et veut user de la force.

À Kagona, c’est au Bar Resto KU MUNYEMWE. Kathia est en train de demander à Wadudu de l’accompagner au centre de santé pour se faire soigner tout en accusant à l’homme que Wadudu lui avait amené que c’est bien lui qui lui a transmis une Infection Sexuellement Transmissible comme Vanessa le lui avait dit. Wadudu lui dit dit que c’est faux et devient fâché d’avoir entendu que Kathia a dit cela à Vanessa. Wadudu lui propose d’aller dans une pharmacie et acheter n’importe quel antidouleur pour qu’elle puisse guérir le plus tôt possible.



AGASHI 4.0 EPISODE 64

À Bukima, chez Raphaël, Gaëlla et sa mère sont en train d’éplucher les patates douces. Raphaël débarque à moto. Il leur dit que le Saint Esprit est descendu jusqu’à son chef Donatien. Il leur ordonne de conserver les patates douces et de préparer les poissons qu’il amène. Tout le monde se demande d’où vient l’argent. Raphaël les raconte la conversation qu’il a faite avec Donatien. Maman Gaëlla est contente. Raphaël avoue qu’il ne comprend pas la raison pour laquelle le boss l’a choisi pour lui accorder, lui seul, toutes ces faveurs. Maman Gaëlla quant à elle affirme que c’est parce qu’il travaille bien. Il n’y a rien d’inquiétant ! Mais Raphaël n’est pas convaincu. Il dit qu’il doit y avoir une autre raison.

À Kagona, chez Gudura. Kathia est venue rendre visite à Vanessa. Vanessa sent une odeur qui n’est pas normale pendant que Kathia se gratte tout le temps. Vanessa découvre que Kathia souffre d’une infection sexuellement transmissible. Elle lui propose d’aller se faire soigner le plus tôt possible car ses organes génitaux pourront être endommagés.

À Mugwiza, Meliya et Ruberika viennent du marché. Elles parlent des prix des produits qui augmentent d’une façon inquiétante après avoir fait ses achats. En ce moment, elles voient Vivina qui passe sur la moto de Yoyo et disent qu’elle fait honte. Qu’elle va contaminer ses mauvais caractères à toutes les filles de Mugwiza. Les deux mamans ont même des inquiétudes que Vivina va prendre leurs maris. Meliya dit à Kuberika que Kayange a recommencé de rentrer tard et ne veut pas manger. Ruberika a peur et dit qu’il faut intervenir à temps.



AGASHI 4.0 EPISODE 63

À Burisho, Thierry vient voir Gahore chez elle. Elle lui donne une petite somme d’argent et lui promet de toujours honorer ses engagements. Il profite de l’occasion pour dire qu’il aimerait loger de temps en temps chez elle, parce qu’il la considère comme sa propre femme. Gahore ne veut rien entendre et lui demande d’être d’abord à la hauteur de ses responsabilités et de prouver qu’il est un vrai homme. Thierry insiste mais Gahore l’envoie au diable.

À Mugwiza, Zefina et Ruberika sont dans le champ en train de cultiver. Zefina est allée travailler pour que Ruberika lui donne à manger, parce que chez elle, ils n’ont rien à mettre sous la dent. Ruberika n’en revient pas. Elle ne comprend pas comment ils peuvent avoir faim alors qu’ils ont des enfants majeurs et forts qui peuvent travailler. Zefina dit que c’est un problème pour elle. Que même s’ils ont un petit terrain, ses enfants peuvent donner leurs contributions pour la survie de la famille. Au contraire, tous ceux que ces enfants gagnent l’utilisent pour courtiser les filles. Elle donne l’exemple de son fils Kwasa.

À Bukima, Gaëlla est venue voir son cousin Landry. Elle lui parle de Davy. Le gars lui écrit les messages tous les jours. Gaëlla dit que Davy veut plus qu’une simple relation. Landry l’encourage, il lui dit de sauter sur l’occasion car Davy est un type bien. En plus il est temps de sortir avec les types de sa génération. Il veut peut-être une relation sérieuse. Gaëlle dit qu’elle ne peut pas sortir avec deux gars, Davy et Donatien en même temps. Landry lui rassure en disant qu’il y’a pas de problème. Elle saura comment gérer les deux hommes. Et puis deux hommes égalent deux opportunités. Gaëlla émet des doutes.




PMC au Burundi, pionier du changement des comportements

Avec son Feuilleton Radiophonique Agashi, voilà que PMC vient de passer 5 ans après son agrément au Burundi, c’était en 2013. Cinq ans de succès en succès, de popularité incontestable auprès des auditeurs d’Agashi qui sont de toutes catégories de burundais : jeunes et adultes, analphabètes et intellectuels, ruraux comme urbains, tous les auditeurs d’Agashi sont unanimes pour reconnaître le caractère hautement éducatif par le divertissement , un art de rédaction et de jeu comique savamment agrémenté par un sens d’humour, d’émotions et de suspens qui poussent chaque auditeur à vouloir écouter à tout prix l’épisode suivant à travers lequel PMC véhicule les messages, oh combien pertinents qui interpellent gentiment et sagement tout un chacun à changer positivement son comportement. Les normes sociales y trouvent leur compte dans ce processus transformationnel et de changement de comportement individuel, groupal et sociétal. L’Approche de PMC héritée de la Méthodologie dite de SABIDO s’inscrit depuis 1998, dans la grande famille des organisations mondiales spécialisées à vocation de « Social and Behavior Change Communication - SBCC » qui est devenue au cours de ces 20 dernières années , le réseau le plus puissant en matière d’impact sur le changement de comportements et de normes sociales. Au Burundi, PMC continue à contribuer via les mass media dans le développement des messages visant à atténuer l’impact négatif des problèmes les plus à jour au Burundi comme la planification familiale pour une meilleure (...) ...







Agashi, toujours instructif et divertissant


« Agashi m’a aidé, car avant je ne me préoccupais pas des consultations prénatales. Je trainais pour faire les consultations lorsque j’étais enceinte. Dès que j’ai entendu ces messages d’Agashi, j’ai (...) ...
[→ Lire la suite]

NIRERE Jeanne, enseignante à Ngozi


J’aime beaucoup le feuilleton et je l’écoute très attentivement. Je tire beaucoup de leçons morales dans ce feuilleton. Si je me réfère à Ruberika, la leçon que je tire d’elle, ce n’est pas qu’en (...) ...
[→ Lire la suite]

Nyandwi Arstac, Bukeye Nyanza Lac, infirmier et policier


Infirmier et policier vivant à Nyanza-Lac témoigne : J’aime tellement Agashi ! Quand la diffusion commence, j’arrête tout pour l’écouter sans qu’aucun détail ne m’échappe. Ce qui est joué dans Agashi (...) ...
[→ Lire la suite]

Sinzinkayo Valérie, Bweru-Ruyigi


Agashi m’aide à éduquer mes enfants. Je les incite toujours à écouter les épisodes et par après je les sensibilise à ne pas adopter des comportements du genre Kanyana qui se laisse aller dans le (...) ...
[→ Lire la suite]

Nibitanga Schadrack, Ruyigi, infirmier


« J’écoute et j’aime beaucoup le feuilleton AGASHI parce qu’il renferme beaucoup de conseils surtout moi en tant qu’infirmier, mais aussi en tant que jeune pour me préparer à l’avenir. J’ai commencé à (...) ...
[→ Lire la suite]

Virginie Mukarugamba, Mwaro


Cette femme habitant à Mwaro au centre du pays, a un groupe d’élèves qu’elle encadre depuis 2013, connu sous le nom de « IBIVUMBIKO VY’AMAHORO » (JEUNES APOTRES DE LA PAIX). Depuis le début du (...) ...
[→ Lire la suite]

Arakaza Melissa, Mwaro, 2è Juridique post-fondamentale


Béatrice est un bon modèle pour nous les filles. Elle m’inspire sur quel comportement à adopter, comment éviter de tomber dans des pièges, et suivre les conseils de nos parents. Une petite fille comme (...) ...
[→ Lire la suite]

Arakaza Audrey, Mwaro, 9è année Fondamentale


Me basant par exemple sur Ange, elle nous conseille nous les jeunes filles d’adopter un bon comportement surtout en ces jours où nous observons un effritement de l’éducation des enfants. Agashi nous (...) ...
[→ Lire la suite]

Nos vidéos




Retour en haut de la page